mardi 18 octobre 2011

La zone sismique de New Madrid - un survol

Le 23 août 2011, un séisme a secoué la Virginie (voir l'article original). Plusieurs personnes ont aussitôt cru qu'il s'agissait de la zone séismique de New Madrid qui s'activait.

Malheureusement, la zone de New Madrid (ZSNM) est toujours active, même si ce n'est pas elle qui était en cause lors du séisme de la Virginie. Localisée dans la vallée du Mississippi, cette zone est célèbre pour être le lieu de 4 des plus importants tremblements de terre en Amérique du Nord. De plus, ces quatre séismes se sont produits entre le 16 décembre 1811 et le 7 février 1812.

Source : USGS

United States National Seismic Hazard Map




Source : USGS
Earthquake Hazard in the New Madrid Seismic Zone Remains a Concern
Note : les zones en vert pâle ont une élévation moins élevée que les zones foncées et orange. 

Bref historique

La zone sismique de New Madrid (qui tire son nom de la ville de New Madrid au Missouri) fait partie d'un complex de rift à l'intérieur du continent américain. Ce rift se prolonge vers le Nord-Est et forme la zone sismique de la vallée Wabash.

Ce rift a donné naissance à une plaine qui alimente la rivière Mississippi.

Le 16 décembre 1811, un séisme d'une magnitude supposée de 7.7 a secouée la région. Localisé dans la partie sud de la zone de New Madrid, il fut suivi dans la même journée par une réplique de 7.0.

Le 23 janvier 1812, un séisme de 7.5 eut lieu sous la ville de New Madrid situé au centre de la zone. Le 7 février 1812, un peu plus au Nord-Est de la zone, un tremblement de terre de 7.7 compléta la destruction de la ville de New Madrid.

Le séisme de décembre eut pour effet de créer des liquéfaction près de la rivière Mississippi. Les observateurs les décrivent comme des jets d'eau et de sable de plusieurs mètres de hauteur. Le séisme de janvier déclencha plusieurs glissements de terrain, des fissures dans le sol et des effondrements.

Plusieurs centaines de répliques furent ressenties entre décembre et février, jusqu'à New-York, Washington, DC et la ville de Québec.

Conséquences géologiques

Tous les séismes sont les résultats de pression accumulée au fils du temps. Dans le cas de New Madrid, les séismes sont associés à un réseau de faille, invisible à la surface du sol, qui existent depuis plusieurs milliers d'années.

Lors des séismes de 1811 et 1812, le sol s'est déformé à plusieurs endroits. Le sol s'est soulevé et abaissé de plusieurs mètres, jusqu'à 15 mètres à certaines endroits. Des chutes temporaires se sont formés dans le Mississippi et les vagues créées par les séismes ont changé la direction du courant du Mississippi à certains endroits. Comme le Mississippi coule dans une plaine, plusieurs portions furent inondés à la suite des séismes. Le tout a donné naissance au lac Reelfoot, situé dans Lake County au Tennessee et a approfondi le lac
Lac Reelfoot, Lake County, Tennessee
La série de séismes de 1811-1812 n'était pas la première à secouer la région et ne sera pas la dernière. Selon les informations tirées des couches géologiques (les formations rocheuses), une série s'est produit vers les années 1450 et 900. Il y a également d'autres évidences pour des séismes d'importance dans les 5000 dernières années.

Présentement

Les risques pour qu'un tremblement de terre de la même ampleur que ce qui a été observé en 1811-1812 sont grands. En 1811, la population dans cette région était très éparse et peu développée. Si un séisme survenait maintenant, plusieurs villes seraient à risque puisqu'il n'y a pas, pour l'instant, de réglementation sismique pour la construction de bâtiment comme il y en a en Californie. Les digues et barrages qui régularisent le Mississippi pourraient s'effondrer et inonder plusieurs villes et champs. 

Selon des mesures prises au cours des dernières années, la région se sépare le long de la faille de New Madrid à la vitesse de quelques millimètres par année, ce qui est négligeable. Cependant, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de pression qui s'accumule en profondeur, et que cette pression ne sera pas relâché dans les cinquante prochaines années. En fait, la zone de New Madrid subit des tremblements de terre sur une base quasi-quotidienne, ce qui implique que la zone est toujours aussi active.

Les prévisions indiquent que des tremblements de terre d'une magnitude de plus de 7.0 surviendrait à tous les 500 ans (7 à 10% de chance qu'il y en ait un d'ici 50 ans) mais que des séismes de entre 5.0 et 7.0 arriveraient plus régulièrement (25 à 40% de chance d'ici 50 ans).

Heureusement, certaines compagnies prévoit la possibilité d'un tremblement de terre majeur dans la construction d'autoroutes et de bâtiments.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire