mardi 20 mars 2012

Le volcanisme au Canada - Points chauds et volcans

Malgré son apparence calme, le Canada a un très grand potentiel volcanique. Même si l'est du pays est loin de toutes les zones de subductions ou d'extension, l'ouest du Canada se situe dans la ceinture de feu du Pacifique.

Cette position particulière permet la présence de volcanisme le long de la côte ouest. Cependant, comme pour les séismes, le Canada compte très peu de volcans ayant montré une activité importante au cours des deux cents dernières années. Ceci est principalement dû au faible mouvement de subduction de la plaque de Juan de Fuca sous la plaque Nord-Américaine.

En plus des volcans dans l'ouest du pays, le Canada a à faire avec des points chauds.

Les points chauds

Les points chauds sont des endroits dans la croûte terrestre où un diapir se forme. Ce diapir est une bulle de roche qui remonte à la surface car elle est moins dense que la roche environnante. Dans le cas d'un point chaud, le diapir est fixe et c'est le mouvement des plaques tectoniques au-dessus du diapir qui donnent naissance à une chaine de volcans.
Source : USGS
modifié d'un dessin par Maurice Krafft, centre de volcanologie, France
Les volcans plus proche du point chaud sont jeunes et actifs alors que les éléments plus loin du point chaud sont éteints et plus vieux, et subissent les effets de l'érosion car il n'y plus d'activités pour les garder intacts.

Certains de ces points chauds ont influencés le paysage canadien, dont les deux plus connus sont ceux de Anahim et de New England.

Point chaud de New England

Le point chaud de New England se trouve présentement au milieu de l'océan Atlantique, sur la plaque Africaine. Les monts sous-marins associés à ce point chaud portent deux noms : la chaîne sous-marine de New England sur la plaque Nord-Américaine, et la chaîne sous-marine du Great Meteor sur la plaque Africaine.

En fait, la dorsale médio-atlantique est passé par-dessus ce point chaud au fils du temps d'où la présence du point chaud sur deux plaques différentes.
Source : Mantleplume.org
Le point chaud de New England n'a pas seulement créé la chaine de montagne sous-marine, mais également les White Mountains (New-Hampshire) aux États-Unis, et les Montérégiennes au Canada. En fait les neufs collines Montérégiennes (dont les monts Royal, Saint-Hilaire et Mégantic) sont des indices de la présence du point chaud dans cette région.

Cependant, aucune de ces collines ne fut à un moment ou à un autre un volcan. Le point chaud a créé une bulle de magma qui a remonté dans la croute terrestre. Cette bulle de magma n'a jamais atteint la surface ni créé de butte. Tout s'est produit sous la surface, il n'y a pas eu de coulée de lave, ni d'explosion.

À cet époque, la région était couverte de sédiments (dû à l'érosion du Bouclier Canadien et des Appalaches). C'est dans ces dépôts que les bulles de magma se sont introduites. Par la suite, la région a été recouverte de glacier. Lors du retrait des glaciers à la fin de la dernière ère glaciaire, les glaciers et les rivières ont érodé une grande partie de la roche sédimentaire, celle-ci étant plus fragile et friable que la roche durcit provenant des diapirs.

Le résultat fut l'érosion des roches sédimentaires autour de la roche volcanique, laissant les collines Montérégiennes derrière. Sans ce processur d'érosion accéléré, les traces du point chaud ne seraient peut-être pas visible aujourd'hui.

Point chaud d'Anahim

Ce point chaud se situe actuellement en Colombie-Britannique, près de Quesnel.
Source : USGS
La série de volcans née de ce point chaud forme une ligne d'ouest en est, avec les plus vieux volcans éteints à l'ouest. La dernière manifestation physique de ce point chaud est la formation du cône de Nazko qui s'est terminée il y a 7200 ans.

Cependant, ce point chaud, qui passait jusqu'à maintenant inaperçu, s'est réveillé en 2007 avec une série de séismes dont le plus important a atteint une magnitude de 3.2. Selon les experts, ces tremblements de terre auraient été causés par un mouvement du magma à une distance de 25 à 30 km sous la surface. Aucune éruption n'est prévisible à court terme, mais plusieurs stations sismique ont été installées dans les environs pour mieux étudier le phénomène.

Les volcans

Les volcans ayant enregistrés une activité récente se situent principalement en Colombie-Britannique et au Yukon. Ces volcans sont liés à la zone de subduction de la plaque de Juan de Fuca sous la plaque Nord-Américaine (dans le sud de la province) et la subduction de la plaque du Pacifique sous la plaque Nord-Américaine (à partir du centre de la Colombie-Britannique).

Source : Ressources Naturelles du Canada
Malgré ce contexte actif, très peu de volcans se montrent présentement actifs. Mais plusieurs d'entre eux ne sont qu'en dormance. Après tout, la majorité d'entre eux font partis de la Ceinture de Feu du Pacifique.
Source : L'Atlas du Canada
Le Mont Garibaldi, situé sur la route entre Vancouver et Whistler, fait parti de la Ceinture Volcanique de Garibaldi, le membre canadien de la Ceinture Volcanique des Cascades (dont font parti le Mont Baker et le Mont St-Helenes). Le Mont Garibaldi a la particularité de s'être formé lors de la période glaciaire et ses parois utilisaient la force des glaciers pour le tenir en place. Lors de la fonte des glaciers, une partie parois du volcan se sont écroulées et l'intérieur de la cheminée volcanique peut maintenant être étudiée.

Les membres de la Ceinture Volcanique de Garibaldi (CVG) ont la possibilité d'être explosifs, de la même façon que l'éruption du Mont St-Helens en 1980. Le Mont Cayley et le Mont Meager font également partis de ce groupe. La dernière éruption explosive d'un volcan au Canada a eu lieu il y a 2350 ans au Mont Meager.

Le Mont Edziza (dans la Ceinture Volcanique de Stikine, ou CVS) est le plus haut volcan officiel au Canada. Il se bat pour ce titre avec le Mont Silverthrone (dans la CVG) dont le sommet est couvert de neige et de glacier, rendant difficile la détermination de sa hauteur réelle.

Les plus jeunes éruptions volcaniques ont eu lieu dans la CV Stikine, avec le Tseax Cone vers 1700 et le Lava Fork (aussi nommé The Volcano) vers 1800.

Certaines recherches indiquent qu'il pourrait y avoir un lieu entre l'éruption du Tseax Cone et un méga tremblement de terre d'une magnitude d'environ 9 qui aurait eu lieu le 26 janvier 1700 (aussi connu sous le nom de séisme des Cascades).

Bref, le Canada est présentement dans une période tranquille en terme de volcanisme et de séisme. Cependant, ceci peut changer d'un moment à l'autre sous les contraintes causées par la zone de subduction près de la côte ouest du pays.

De plus, l'étude des épisodes volcaniques et leurs liens avec des séismes importantes pourraient nous aider à mieux comprendre et prédire l'un et l'autre.

Pour en savoir plus...
Geological origin of the New England Seamount Chain
A hundred-million year history of the Corner Rise and the New England Seamount
New England Hotspot Map
Hotspots : mantle thermal plume (USGS)
Effusive Volcanism near Quesnel
Nazco cone
Canada Volcanoes and Volcanics (USGS)
Global Volcanism Program (note: le statut "radiocarbon" pour un volcan signifie que son éruption lors des 10000 dernières années est confirmé par une datation au carbon)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire