mardi 25 septembre 2012

Volcans en activité : Fuego, Soputan, Gamalama, San Cristobal

Au cours des dernières semaines, plusieurs volcans ont fait parlé d'eux, en particulier en Amérique Centrale et en Indonésie.

Amérique Centrale


Source : USGS
Le 13 septembre dernier, le volcan Fuego est entré en éruption pour la sixième fois en 2012. Plus de 30 000 personnes ont été évacuées, mais l'ordre a été levé quelques jours plus tard. Au mois de juin dernier, le volcan a subit deux épisodes éruptives. En fait, ce volcan est en activité depuis 1999 (présence de fumeroles, émissions de vapeur d'eau, etc).

Cette épisode éruptive a été caractérisé par un panache de cendre à plus de 3000 mètres au-dessus de son cratère.

Le volcan Fuego est le résultat de la plaque de Cocos qui se glisse sous la plaque des Caraïbes. Cette situation tectonique donne naissance à une ligne volcanique le long de la côte ouest de l'Amérique Centrale, ainsi que plusieurs séismes importants.

Source : USGS
Le 8 septembre 2012, un nuage de cendre s'est élevé à 5000 mètres au-dessus du cratère. Entre le 8 et le 17 septembre, le volcan a traversé des périodes d'accalmies et des périodes sismiques associés à des émissions de cendres et de gaz plus faibles que lors de son éruption initiale.

Le volcan San Cristobal fait parti du complexe volcanique de San Cristobal avec 4 autres édifices volcaniques et il est le plus haut volcan du pays.

Comme pour le volcan Fuego, le complexe volcanique de San Cristobal est le résultat de la subduction de la plaque tectonique de Cocos sous celle des Caraïbes.


Articles reliés
Séisme de Hojancha, Costa Rica - 5 septembre 2012 (7.6)
Séisme de El Salvador - 27 août 2012 (7.3)
Volcan Poas, Costa Rica

Indonésie
Source : USGS
D'après le USGS, l'Indonésie possède des statistiques intéressantes sur les volcans. L'Indonésie est le pays avec le plus grand nombre de volcan actifs (76), a le deuxième plus grand nombre d'éruptions datées (le Japon est en première position) et 80% de ses volcans ont subit une éruption volcanique depuis 1900. Il n'est donc pas surprenant que plus d'un volcan soit en éruption dans ce pays au même moment.

Source : USGS et Google maps
Les lignes jaunes représentent les zones de subduction (les fosses), les lignes rouges sont des dorsales (les plaques s'éloignent l'une de l'autre), et les lignes bleues sont les failles transformantes (glissement d'une plaque contre l'autre).
Le mouvement tectonique principale est la subduction de la plaque Australienne (au sud et à l'ouest) sous la plaque Eurasienne (au nord). Cette situation a créé la série de volcans de Sumatra et Java.

Les volcans au Nord-Est du pays (dont font partis les volcans Soputan et Gamalama) ont été créé grâce à un morceau de la plaque des Philippines qui s'enfonce dans la croûte, face à un morceau de la plaque Eurasienne qui s'enfonce également dans la croûte. (Représenté sur la carte par deux lignes quasi-parallèles, d'orientation Nord-Sud).
Le 18 septembre dernier, une émanation de cendres et de gaz a été repérée à 9.1 kilomètres au-dessus du niveau de l'océan. Au moment de l'éruption, aucune évacuation n'était en vigueur puisque la population locale se trouve à plus de 6.5 kilomètres du cratère.

Sa dernière éruption remontait au 27 août 2012 avec un nuage de cendres s'élevant à plus de 12 kilomètres au-dessus du cratère. L'éruption a duré plusieurs heures avec de nouveaux nuages de cendres et de gaz, de plus faible ampleur, s'étant produit le 28 août.
Une éruption phréatique (éjection de vapeur d'eau mélangé à des roches, des blocs et de la cendre) a eu lieu le 15 septembre, suivit d'une pluie de cendre dans la ville de Ternate. Le 16 septembre, une deuxième éruption a eu lieu. L'état d'alerte pour ce volcan est maintenu avec une possibilité d'évacuation.


Le mont Karangetang, situé au nord de l'île de Sulawesi, est également en état d'alerte. D'autres volcans de l'Indonésie sont sous observation car ils ont dernièrement montré des signes d'activités, dont le Krakatau (site d'une éruption destructrice en 1883), le mont Lokon (près de Soputan) et le mont Merapi (au centre de l'île de Java).

mardi 18 septembre 2012

Archipel de Santorin - injection de magma dans le volcan

Depuis le début de l'an 2011, l'archipel de Santorin, situé dans la mer Égée en Grèce, a gagné 14 centimètres en élévation. Ce gonflement du volcan au centre de l'archipel a été accompagné de tremblements de terre.

Source : greeka.com
Localisation de l'archipel de Santorin dans la mer Égée.
L'histoire de Santorin

L'archipel de Santorin était, jadis, une île unique et non-volcanique (composé de schists et pierre à chaux).

Au sud de l'île de Crête, la plaque Africaine glisse sous la plaque Eurasienne, donnant naissance une zone de subduction où les volcans se retrouvent sur la plaque Eurasienne, dans la mer Égée.

Source : Corinth Rift Laboratory
Au sud, la plaque Africaine glisse sous la mer Égée. Les cercles gris foncés représentent les volcans associés à la zone de subduction et suivent la courbe de la frontière de subduction.
Cette configuration tectonique, encore actif aujourd'hui, permet l'apport continue en magma dans la série de volcans, dont celui se trouvant sous l'archipel de Santorin. Ainsi, au cours des 200 000 dernières années, le volcan bouclier s'est créé et effondré à plusieurs reprises suite à des éruptions destructives.

La dernière importante éruption est surnommé "l'éruption minoenne" et est survenu autour de l'année 1645BC. Elle a été suivie par un effondrement de la caldera (l'édifice volcanique) qui a probablement causé un tsunami à travers la mer Égée et qui a détruit plusieurs villes minoennes sur la côte nord de la Crête.

Cet effondrement est encore visible par l'apparence circulaire des principales îles de l'archipel, une île centrale, et des parois abruptes vers le centre du volcan. Cette topologie est le résultat de la construction et destruction de la caldera de ce volcan bouclier.

Source : phys.org
Représentation des changements d'élévation depuis janvier 2011. Le rouge représente les plus importants changement. Le point rouge indique où se trouve le centre du volcan actuellement.
Depuis cette éruption, Santorin a été le lieu de plusieurs éruptions volcaniques de plus faible ampleur, la dernière ayant eu lieu en 1950. L'île centrale montre également des signes d'activités volcaniques (fumeroles).

Santorin, aujourd'hui

Le changement d'élévation que l'archipel a subit depuis janvier 2011 n'est pas une indication que le volcan est sur le point d'entrer en éruption. Les tremblements de terre et le gonflement reflètent un influx de magma sous le volcan, mais rien n'indique que le volcan va se réveiller. En fait, au cours des derniers mois, la quantité de séisme a même diminué.

Même s'il ne s'agit que d'un influx unique de magma, l'archipel de Santorin reste sous observation par son potentiel destructeur.

De plus, compte tenu de sa localisation et de son passé, le volcan de Santorin est classifié comme un Volcan Décade, un des seize volcans sous haute surveillance. (D'autres volcans décade : Yellowstone, Etna, Mauna Loa, Vésuve et Mont Rainier)

Présentement, des gps et des relevés radar permettent de garder un oeil sur tout changement affectant Santorin.

Théories

L'éruption de Santorini en 1645BC serait peut-être à l'origine du mythe de l'Atlantis. Après tout, il s'agit de l'une des plus importantes, en terme de quantité de matériel éjecté, depuis les débuts de la civilisation.

Sans avoir détruit la société Minoenne (une société basée sur Crête), l'éruption de Santorini aurait affaibli cette société, la rendant vulnérable à de futurs attaques.

Pour en savoir plus...
Decade Volcano - Santorini

mardi 11 septembre 2012

Séisme de Hojancha, Costa Rica - 5 septembre 2012

Le 5 septembre 2012, un séisme d'une magnitude de 7.6 a secoué la côte ouest du Costa Rica. Ce séisme a eu lieu près de la localisation d'un tremblement de terre de 7.3 survenu le 27 août 2012 au large de El Salvador. Contrairement à celui de El Salvador, l'épicentre du séisme du 5 septembre est localisé sous la péninsule de Nicoya plutôt qu'au large.

Source : USGS
Résumé tectonique 

(pour plus de détails, voir l'article de Simplement Géologie "Séisme de El Salvador - 27 août 2012")

Le séisme du Costa Rica partage plusieurs caractéristiques avec celui de El Salvador. La plaque de Cocos (sous l'océan Pacifique à l'ouest) se glisse sous la plaque des Caraïbes (à l'est). En raison des différents mouvements de plaque dans cette région, l'Amérique Centrale est une région très active où les séismes et les volcans sont nombreux.

Source : NCEER Bulletin - The Manzanillo, Mexico Earthquake of October 9, 1995
Profondeur du séisme

Le séisme du 5 septembre est localisé à une profondeur de 40 kilomètres alors que celui du 27 août (au large de El Salvador) n'avait qu'une profondeur de 4 kilomètres. 

Ceci s'explique par le chevauchement d'une plaque sur une autre. Les séismes qui ont lieu près de la frontière entre les deux plaques se produiront à une plus faible profondeur que les séismes ayant lieu à l'intérieur des terres. De cette façon, les géologues peuvent "voir" la plaque subductée être "digérée" dans le manteau. Cette "digestion" donne également lieu à la ligne volcanique située le long des zones de subductions.

Source : Pierre-André Bourque
Example de la localisation, en profondeur, des séismes dans une zone de subduction (de chevauchement).
Une alerte au Tsunami a été déclenché pour ce séisme, mais rapidement annulé en fonction de la profondeur, de la localisation et de la magnitude du séisme.

Pour en savoir plus...

mardi 4 septembre 2012

Séisme de Sulangan, Philippines - 31 août 2012

Un séisme d'une magnitude de 7.6 a secoué le sud-est des Philippines le 31 août 2012. Ce tremblement de terre, survenu au large de l'île de Mindanao, a créé un tsunami de 50 centimètres le long de la côte est des Philippines. Depuis, environ 35 répliques d'une magnitude supérieure à 4.5 ont eu lieu dans cette région.

Source : USGS
Séisme du 31 août (plus gros cercle jaune) et ses répliques (informations prises le 3 septembre 2012 à 13h,  heure du Pacifique)
Malgré la localisation sur la Ceinture de Feu du Pacifique, cette région des Philippines subit rarement des tremblements de terre de cette importance. Le dernier séisme d'une magnitude semblable à secouer cette zone de subduction s'est produit en octobre 1975 (M=7.6). Cependant, le reste du pays est fréquemment secoué par des tremblements de terre (Luzon, M=7.8, juillet 1990 ; Ouest de Mindanao, M=7.3, 7.6, 7.4, 23 juillet 2010, etc.)

Tectonique des Philippines (un résumé)

Comme toutes les régions touchées régulièrement par des tremblements de terre, la tectonique des Philippines est complexe.

À l'est des Philippines, la plaque tectonique océanique des Philippines glisse sous l'archipel des Philippines (créant la fosse des Philippines). À l'ouest, la plaque Eurasienne glisse également sous l'archipel (formant la fosse de Manille).
Source : Volcano World
Les différentes couleurs indiquent les différentes plaques tectoniques de la région.
Au centre, des blocs d'accrétions, d'origine volcanique pour la plupart, qui glissent les uns contre les autres le long de failles transformantes. Ce mélange de plaques tectoniques convergentes et de blocs pressés entre les deux a donné naissance à plusieurs volcans actifs (Mayon, Pinatubo, Bulusan, Taal, etc.)

Cet ensemble tectonique complexe prend le nom de "Ceinture Mobile des Philippines".

Source : Pierre-André Bourque
Exemple d'un prisme d'accrétion : les sédiments provenant de l'érosion et de coulées volcanique se déposent à la jonction entre deux plaques tectoniques et ne réussissent pas à passer sous la plaque chevauchante. Ces sédiments peuvent se solidifier et former des blocs d'accrétions.
Puisque l'archipel des Philippines est localisé dans une zone à risque de typhons et de moussons, un tremblement de terre ou une éruption volcanique peut rapidement entraîner des glissements de terrain dangereux.

Le séisme du 31 août 2012 a eu lieu profondément dans la plaque de la Mer des Philippines, mais à un endroit où elle n'est pas encore subductée sous l'archipel des Philippines.

Source : Philippine Institute of Volcanology and Seismology
Aperçu des failles et fosses des Philippines. Les lignes pourpres représentent les zones de subduction (l'archipel chevauche les plaques tectoniques environnantes) et les lignes rouges représentent les failles transformantes.
Pour en savoir plus...

Philippine Institute of Volcanology and Seismology
USGS
Mindano earthquakes report (2010)

Kiblawan, Davao Del Sur, Île de Mindanao, Philippines
Juillet 2008