mercredi 20 février 2013

Pluie de météorites - Chelyabinsk, Russie - 15 février 2013

Les météorites ont une relation étroite avec la Terre. Au cours des temps géologiques, elles ont façonné la planète Terre et ont participé à un certain niveau à la disparition des dinosaures. De plus, les cicatrices laissées par un impact météoritique sur la croûte terrestre a permis à certains lacs de se former et à mieux comprendre les risques associés à un tel impact.

Le 15 février 2013, l'astéroide 2012 DA14 est passé très près de la Terre, à une distance de 27700 km de la surface. Cette distance positionnait l'astéroide à l'intérieur de l'orbite géosynchrone (où les satellites de communications sont en orbite autour de la Terre), mais plus haut que l'orbite de la Station Internationale. Il s'agissait d'un record de proximité pour un astéroide de cette taille (45 mètres de diamètre).
Source : NASA
En parallèle de cet événement, quelques 15 heures avant son passage dans l'orbite de la Terre, un autre météorite, sur une trajectoire différente, a pénétré l'atmosphère de la planète au dessus de la Russie, à Chelyabinsk.
Source : NASA
Pour l'instant, les estimations de la taille de la météorite avant son entrée dans l'atmosphère serait de 17 mètres pour une masse de 10 000 tonnes. Plus de 50 fragments, variant de 1mm à 1cm, ont été récoltés dans la région. Un trou de 8 mètres de diamètre a été perforé dans la glace recouvrant le lac Cherbarkul, mais aucun fragment n'y a été trouvé.

La plupart des blessures ont été dû au bris de verre causé par l'onde de choc de la météorite entrant dans l'atmosphère.

Il s'agit du plus gros météorite a avoir pénétré dans l'atmosphère de la Terre depuis 1908, lorsqu'une météorite a explosé au-dessus de Tunguska, en Sibérie, aplanissant les arbres dans un rayon de 40 kilomètres autour du point d'entrée. Certaines théories indiqueraient qu'un lac, le lac Cheko, aurait été créé lors de cet impact. Cependant, ce lac ne possède pas toutes les caractéristiques associées à un impact (présence de roches fondues, de débris de roches, etc.)
Source : Astronomy Picture of the Day
Notes
La nomination provisoire de l'astéroide (2012 DA14) reflète la date de sa découverte ainsi que le nombre d'objet découvert avant lui pour la même date.
2012 = Année
D = période de l'année, en demi-mois (entre le 16 février et le 1er mars, donc 4ème demi-mois)
A14 = 351, son numéro de découverte , la lettre i étant ignorée (A0 = 1er, B0 = 2ème, ..., Z0=25, A1=26, etc.) Minor Planet Center

mercredi 13 février 2013

Séismes des îles Salomon - 30 janvier jusqu'au 12 février

Depuis la fin du mois de janvier 2013, une série de tremblements de terre importants a secoué les îles Salomon et les îles de Santa Cruz, dans le Sud-Ouest Pacifique, à l'est des îles de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Le plus important, jusqu'à présent, est celui du 6 février avec une magnitude de 8.0 qui a déclenché un tsunami local.
Source : How Stuff Works
Le plus important séisme à été précédé et suivi de plusieurs tremblements de terre de magnitudes variant entre 4.0 et 7.0. Deux répliques, de 7.1 et de 7.0, ont frappé la région quelques heures après le séismes de 8.0.
Source : USGS
Le point bleu représente le séisme de 8.0 du 6 février 2013. Les points jaune et orange montre les séismes survenus au cours de la dernière semaine (entre le 6 et le 12 février).
Contexte Tectonique

La région est situé sur la ceinture de feu du Pacifique, à la limite entre la plaque du Pacifique (à l'est) et la plaque Australienne à l'ouest. Celle-ci est subductée par la plaque du Pacifique (elle se glisse sous la plaque du Pacifique).

À l'endroit des séismes, deux fosses se rencontre à angle droit : la fosse de Salomon au nord-est, et la fosse de Vanuatu au sud.
Source : USGS
Comme la plaque Australienne se déplace vers le nord-est, le mouvement se fait presque à angle droit le long de la fosse de Vanuatu, mais tend à un mouvement parallèle à la fosse de Salomon (dans sa portion est-ouest). Sans être une zone purement transformante (où les plaques glissent l'une contre l'autre), certains séismes vont être le résultat de ce type de mouvement.

Le séisme de 8.0 du 6 février s'est déroulé plus loin à l'intérieur de la plaque du Pacifique, à une profondeur de 28.7km, ce qui indique une fracture, et un séisme, associé à une subduction. Comme le séisme a eu lieu en profondeur, le tsunami généré par ce mouvement fut localisé.

Les répliques et les séismes précurseurs n'ont pas eu lieu nécessairement dans la zone de subduction. Pour accommoder l'énergie dégagée, certains séismes ont eu lieu le long de la fosse de Salomon, avec un mouvement majoritairement de glissement. Contrairement à eux, les séismes localisés le long de la fosse de Vanuatu montraient des caractéristiques associées à la subduction de la plaque de l'Australie sous la plaque du Pacifique.

Le volcan Tinakula, situé au nord des îles de Santa Cruz (au sud des îles Salomon) montrerait des signes d'éruption. Il n'est pas certain si cela est associé à la série de séismes ou s'il s'agit d'un événement indépendant.

mercredi 6 février 2013

Séisme de Obihiro, Japon - 2 février 2013

Le 2 février 2012, un séisme de 6.9 a frappé l'île de Hokkaido, la deuxième plus grande île du Japon. Localisé sous l'île même, ce séisme n'a causé aucun tsunami.
Source : USGS
Ce séisme ne s'est pas produit à la limite entre deux plaques tectoniques. À l'est, la plaque du Pacifique se déplace vers le Nord-Est et se glisse sous le bloc de Okhotsk (qui est une micro-plaque associée au mouvement de la plaque de l'Amérique du Nord). 

La profondeur de ce séisme, à 103 kilomètre sous la surface, et la distance entre cette localisation et la frontière entre la plaque du Pacifique et le bloc de Okhotsk, indique qu'il a pour origine le bris d'une partie de la plaque du Pacifique sous l'île de Hokkaido, dans le manteau de la Terre.

Le séisme n'a pas causé de séisme en partie parce qu'il n'y a pas eu de mouvement verticale d'une partie de plaque sous l'océan. Le bris a été "amortie" par le manteau.

Pour en savoir plus...
Le bloc de Okhotsk sur Simplement Géologie