mercredi 6 mars 2013

Actualités de la semaine - L'Antarctique à l'honneur

Météorite en Antarctique

Une équipe de chercheurs internationale à mis la main sur le plus gros météorite trouvé en Antarctique-Est au cours des 25 dernières années. Cette météorite, pesant 18 kg, a été envoyée dans un laboratoire spécialisé du Japon pour un dégel contrôlé qui empêchera l'eau de pénétrer dans la météorite, permettant ainsi une meilleure analyse sans risque de contamination.

Au cours de l'été Antarctique 2012-2013, plus de 75kg de météorite (pour 425 météorites) ont été récoltés, une très bonne année. Ces météorites permettent une meilleure compréhension de la formation du système solaire.

Source : Princess Elisabeth Antarctic Research Station
Source : Geology.com

Les Fjords et Montagnes de l'Antarctique

Suite à l'étude d'échantillons prélevés dans la baie de Prydz (Antarctique Est), une équipe de géoscientifiques ont pu établir l'âge de la formation des fjords et des montagnes de l'Antarctique Est.

Puisque le continent est couvert à 97% de glaciers, l'étude direct de la roche est difficile, voir impossible. Les méthodes indirectes, comme l'étude des sédiments, permet d'obtenir des résultats concrets.

Par exemple, les plus vieux sédiments causés par l'érosion seront déposés au fond d'un lac, d'une baie ou de l'océan en premier, et les couches supérieures sont plus jeunes. En datant les micro-fossils se retrouvant dans les échantillons, chaque couche peut donc être correspondre à un âge particulier.

Les géoscientifques de l'université de l'Arizona ont prélevé des minéraux de ces échantillons, et les ont soumis à trois types de datations pour connaitre "l'âge de refroidissement" de ces minéraux. Cette technique permet de savoir à quelle profondeur et température le minéral s'était formé, ainsi que la vitesse de refroidissement (qui correspondant à la vitesse d'exposition à l'air).

En résumé, ces minéraux ont enregistré leur profondeur initiale dans la croûte terrestre alors que la datation des échantillons permettaient de savoir à quel moment ces minéraux sont devenus des sédiments.



La conclusion de l'étude indique qu'il y a 34 millions d'année, l'Antarctique est passé d'un continent plat (les rivières avaient un faible débit, donc moins de sédiments), à un continent subissant un changement climatique important. L'apparition des premiers glaciers à l'époque a doublé la quantité de sédiments déposés, indiquant la formation de vallées avant que le tout ne soit recouvert de glaciers de plus de 3 kilomètres d'épaisseurs.

Source : The Making of Antarctica Hidden's Fjords


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire