mardi 30 avril 2013

Actualités de la semaine du 23 au 30 avril 2013

Astronomie

Découverte en septembre 2012 par International Scientific Optical Network (ISON), la comète C/2012 S1 ISON est présentement à l'intérieur de l'orbite de Jupiter en direction du Soleil. Même si elle n'est pour l'instant pas visible à l'oeil nu, cette comète aurait la possibilité d'être la "comète du siècle" lorsqu'elle passera à son plus près du soleil, le 28 Novembre 2013, où elle pourrait être plus brillante que la Lune.
Source : HubbleSite
La comète ISON, photographiée par le téléscope Hubble le 10 avril 2013. La photo originale était en noir et blanc.
Cependant, cette possibilité dépend du niveau d'activité du noyau de la comète alors que celle-ci s'approche du Soleil (à quel point la chaleur du Soleil réchauffe les gaz qui forment une partie la comète). Présentement, la tête de la comète (Head sur le schéma ci-dessous) est d'environ 5 kilomètre de largeur.
Source : Merrian-Webster Visual Dictionary Online


Géophysique

En 1993, Reinhard Boehler a publié un article sur ses recherches indiquant que la température à la surface du noyau de la Terre (un noyau de fer solide) était d'environ 4500°C. Ces données avaient été observées en laboratoire en soumettant des pièces de fer à la pression attendu à la frontière entre le noyau liquide et le noyau solide, pour ensuite augmenter la température jusqu'à ce que les pièces de fer fondent.

Il y a 20 ans, la façon d'observer les résultat était par des techniques optiques. Aujourd'hui, les observations peuvent être effectuées grâce à un Rayon-X. Les Rayons-X permettent l'observation d'un événement qui ne prend qu'une seconde à se produire, d'où son importance dans des expérimentations dans des conditions de pressions et de températures extrêmes qui sont difficiles à maintenir en laboratoire.

Les nouvelles observations ont mis en lumière un événement significatif. À environ 2400°C, la surface du fer solide subit une recristallisation qui a de plus hautes température prend donne l'impression d'une liquéfaction du fer solide. Grâce aux Rayons-X, cette recristallisation a été confirmée comme une phase du fer solide et la réelle liquéfaction du fer s'est produit à une température de 6000°C (plus ou moins 500°C).

Source : Les Tremblements de Terre
Les températures et pressions étudiées sur le fer correspondent à ce qui se produiraient à la jonction entre le noyau externe (liquide) et le noyau interne (solide) de la Terre.
Cette différence entre les deux résultats est très importante pour comprendre comment la Terre peut avoir un champ magnétique si fort.

Le champ magnétique de la Terre se crée dans le noyau liquide, grâce aux courants dans le liquide, mais ceux-ci ne peuvent exister que si la différence de température entre la surface du noyau externe (calculée à 4000°C) et la température à la surface du noyau internet est de plus de 1500°C. Les températures précédemment obtenues n'étaient donc pas assez chaudes.

Pour en savoir plus...
European Synchrotron Radiation Facility
Le Magnétisme Terrestre (en français)

mardi 23 avril 2013

Volcan Décade - Avachinsky-Koryaksky

Le volcan Koryaksky se retrouve à gauche, et le volcan Avachinsky à droite.
Source : Kamchatka Volcanoes
Le premier volcan Décade sur la liste compilée par le  "International Association of Volcanology and Chemistry of the Earth's Interior" est le système volcanique de Avachinsky-Koryaksky, situé sur la péninsule du Kamchatka, en Russie Orientale. Au pied de ces deux stratovolcans, la ville de Petropavlosk-Kamchatsky, à 28 kilomètres du volcan le plus près, a une population d'environ 180 000 habitants.

Carte indiquant les dangers lors d'une éventuelle éruption volcanique. Le principale danger sont les lahars (coulées de débris volcaniques liquides dues à l'importante présence de glaciers près du sommet), et les coulées pyroclastics (coulées de débris volcaniques et de gaz à très haute température.)
Source : Kamchatka Volcanoes
Malgré qu'ils s'agissent de deux volcans distincts, en terme de danger et d'attention, ils sont considérés comme une seule entité puisque malgré l'apparente tranquillité de Koryasky, celui-ci ayant eu sa dernière importante éruption il ya 3500, les deux volcans semblent prendre des tours à montrer des signes d'activités. En effet, il semblerait que les périodes d'activité du Koryasky correspondent aux périodes de dormance du Avachinsky.

Ligne volcanique de l'est.
Source : Kamchatka Volcanoes
Le système volcanique de Avachinsky-Koryaksky fait parti du groupe volcanique de Avachinskaya qui comporte plusieurs autres volcans dont le Kozelsky. Le groupe volcanique de Avachinskaya fait à son tour parti du Front Volcanique Oriental.
Ce dernier s'est créé à la suite de la subduction de la plaque du Pacifique sous le bloc de Okhostk (à raison de 78mm par année), un bloc qui a longtemps été considéré comme faisant partie de la plaque tectonique de l'Amérique du Nord, au même titre que le bloc de Béring. 
De recettes théories mettent en doute cette hypothèse et préconisent un modèle à trois plaques dans cette région (comme le montre l'imagine ci-dessus, avec la limite tectonique floue entre le bloc de Béring et le bloc de Okhostk.)
Cette configuration très active a permis la création de plusieurs volcans, rendant la péninsule du Kamcahtka l'une des zones comportant le plus de volcans sur la planète.

Pour en savoir plus...
Volcano Blog - Avachinsky-Koryaksky
Kamchatka Volcanoes

jeudi 18 avril 2013

Séisme d'Iran - 16 avril 2013

Le 16 avril 2013, un séisme de 7.8 a secoué la province de Sistan va Baloochestan en Iran. Cette région située au sud-est du pays, tout près de sa frontière avec le Pakistan, est une zone où les séismes sont habituellement causés par deux systèmes de collision impliquant chacune deux plaques tectoniques continentales : 1) la plaque Indienne au sud avec la microplaque Iranienne au nord, 2) la plaque Arabique au sud avec la microplaque Iranienne au Nord.
Source : Geological Survey of Iran
Contexte sismique

La microplaque Iranienne est formée de plusieurs blocs tectoniques et le tout peut habituellement être relié à la plaque Eurasienne, malgré son mouvement contre celle-ci à raison de 2.1 à 2.5 cm/année (dépendant de la région de l'Iran).

Cependant, au sud de la province de Sistan va Baloochestan en Iran, et de sa voisine dans l'ouest du Pakistan, une zone de subduction, la zone de Makran, existe dans le Golfe et le bassin d'Oman. En effet, la croûte océanique d'Oman (qui fait elle-même partie de la plaque Arabique) se dirige vers le nord et s'enfonce sous l'Iran. Ce glissement "gratte" les sédiments de surface qui s'accumule contre la microplaque Iranienne pour former la chaine des Makrans. 

Zone de Subduction de Makran entre la plaque Arabique et la plaque Iranienne (Asia sur cette image). Les lignes rouge représentent des zones de collisions continentales.
Source : Allochthonous Highly
Séisme du 16 avril

Ce séisme, avec une profondeur entre 70km (selon le International Institute of Earthquake Engineering and Seismology) et 82km (selon le United-States Geological Survey), s'est déroulé très loin sous la croûte terrestre, mettant en cause le bris d'un morceau de la plaque Arabique sous la plaque Iranienne.
De plus, un séisme semblable (même profondeur, magnitude de 7.2, etc) s'est déroulé quelques kilomètres à l'est de cette région, au Pakistan, en janvier 2011 et les conclusions pointaient vers cette même cause.

Pour en savoir plus…

mercredi 10 avril 2013

Le Mont Etna et les Volcans Décades

Le Mont Etna
Le 5 avril 2013, la préfecture de Catania, où se situe le mont Etna en Italie, a décidé de prendre des mesures strictes pour protéger la population et les touristes du danger que représente ce volcan. Une nouvelle catégorisation du danger provenant des explosions délimite une zone près du sommet qui sera interdit à la population lorsque le volcan montrera des signes d'activités.
Ces mesures surviennent deux jours après qu'une nouvelle fontaine de magma ait surgit du cratère du mont Etna, surnommé un paroxysme, le 9ème épisode depuis le début de l'année. Le dernier paroxysme avait eu lieu autour du 16 mars 2013, avec une fontaine atteignant 1 kilomètre de hauteur.
Malgré l'activité quasi-constante du volcan, le Mont Etna reste une destination touristique importante, étant le volcan le plus haut d'Europe.
Source : Geology.com
Né de la subduction de la plaque Africaine sous la plaque Eurasienne, le Mont Etna est un stratovolcan, un volcan qui s'est construit par la juxtaposition de plusieurs coulées de lave visqueuse et lente (les coulées ne s'écoulent pas très loin du volcan) au fils du temps.
Les fontaines de lave qui surgissent régulièrement de l'une des caldéras est le résultat de gaz sous pression dans la chambre magmatique du volcan. Comme la lave est visqueuse, elle bouge moins rapidement, et se refroidit plus rapidement dans les cratères. Sous celle-ci, le gaz s'accumule pendant un certain temps, jusqu'à ce que la pression soit suffisamment importante pour pousser la lave, donnant naissance à des explosions spectaculaires et de courtes durées.

Volcans Décades
Compte tenu de sa proximité d'une ville importante (Catania, 290 000+ habitants), de la possibilité d'éruptions explosives et de son niveau d'activité, le Mont Etna est classé parmi les "Volcans Décades" qui sont au nombre de 16 dans le monde.
Mont Etna, 1991
Source : Global Volcanism Program
Les Volcans Décades sont des volcans qui ont été considérés comme particulièrement dangereux et inquiétants par le "International Association of Volcanology and Chemistry of the Earth's Interior". Cet organisation encourage, entre autre, la surveillance et l'étude des volcans, le partage des connaissances avec les scientifiques et les membres du publique, et d'établir des dialogues avec les autorités sur les risques volcaniques. De plus, pour faire partie des Volcans Décades, le volcan doit être accessible pour l'étude, physiquement et politiquement.
Source : USGS
Localisation des 16 Volcans Décades
Listes des Volcans Décades 
Note : La population indiquée entre parenthèse n'est que celle de la ville principale située à proximité du volcan. Le nombre total de personne pouvant être affectée par une éruption de ces volcans peut être beaucoup plus importane.
  1. Avachinsky-Koryaksky, Péninsule du Kamchatka, Russie - En réalité, il s'agit de deux volcans distincts, Avachinsky et Koryaksky, mais qui surplombent tous les deux la ville de Petropavlovsk-Kamchatsky (environ 180 000 habitants).
  2. Colima, Mexique - Surplombe la ville de Colima (environ 130 000 habitants) et environ 300 000 habitants vivent à ses pieds.
  3. Mont Etna, Italie 
  4. Volcan Galeras, Colombie - En 1993, lors d'une conférence sur les Volcans Décades dans la ville de Pasto (environ 320 000 habitants), en Colombie, un groupe de scientifiques ont décidé de faire une petite visite au Volcan Galeras. Malheureusement, celui-ci est entré en éruption à ce moment, tuant 6 scientifiques et 3 touristes.
  5. Mauna Loa, Hawaii - Volcan Bouclier, le Mauna Loa s'étend sur une très grande superficie, participant à la création de l'île de Hawaii. Plusieurs villages se sont bâtit sur des coulées de lave qui n'ont pas plus de 200 ans.
  6. Merapi, Indonésie - Situé à 28 kilomètres de la ville de Yogyakarta (environ 380 000 habitants). Lors de l'éruption de 2010, plus de 500 séismes associés à une éruption volcanique l'avait précédé et entrainés l'évacuation de la population dans une zone de 20km.
  7. Niragongo, République Démocratique du Congo - Contient un lac de lave dans son cratère. Sa lave fluide et les pentes abruptes du volcan permettent à la lave de s'écouler à une grande vitesse vers les villages environnants. Situé près de Goma (1 000 000 habitants) et du lac acide de Kivu.
  8. Mont Rainier, Washington, États-Unis - Situé sur la Ceinture de feu du Pacifique, ce volcan est situé à 87km de Seattle et les glaciers qui le recouvrent pourraient causer d'immenses glissements de terrain mortels.
  9. Sakurajima, Japon - Une baie le sépare de la ville de Kagoshima (environ 600 000 habitants). En éruption depuis 2011.
  10. Santa-Maria/Santiaguito, Guatemala - Situé près de la ville de Quetzaltenango (environ 225 000 habitants), ce volcan est reconnu pour être explosif, pour causer des glissements de terrain important et est près d'une zone sismiquement très active.
  11. Santorin, Grèce - A subit des changements d'élévation en 2011-2012, les bordures de la caldera sont habitées.
  12. Taal, Philippines - Situé à 50 km de Manille (1.4 millions d'habitants dans la région métropolitaine), le volcan est situé au milieu du lac Taal et un lac occupe sa caldera.
  13. Teide, Îles Canaries, Espagne - La population de l'île de Tenerife (qui serait affectée par l'éruption de Teide) est de près de 900 000 habitants. Une éruption futures pourrait ressemblé à celle du Vésuve et de l'Etna.
  14. Ulawun, Papouasie-Nouvelle-Guinée - Un des volcans les plus actifs de PNG, ses éruptions peuvent prendre plusieurs formes différentes. 10 000 personnes habitent à ses pieds.
  15. Unzen, Japon - Son éruption en 1991 a causé la mort du couple de volcanologue Katia et Maurice Krafft. Celle de 1792 a causé un important tsunami. Situé près de la ville de Shimabara (48 000 habitants).
  16. Mont Vésuve, Italie - A détruit les villes de Pompeii et de Herculaneum en l'an 79, environ 3 millions de personne vivent à proximité de ce volcan.
Les différents Volcans Décades seront présentés en profondeur au cours des prochaines semaines.

Pour en savoir plus...
Decades Volcanoes