mardi 19 janvier 2016

Barrage Usoi - Tadjikistan

Les lacs Shadau (à gauche) et Sarez (droite) créés par le barrage Usoi (la butte de terre).
"Usoi" by Hausibek. Licensed under CC BY-SA 3.0 via Commons.
Le 18 février 1911, un séisme dans la chaine de montagnes des Pamir a déclanché un glissement de terrain important dans la vallée de la rivière Bartang au Tadjikistan. Ce glissement de terrain a complètement bloqué la rivière, formant le plus haut barrage au monde, naturel ou construit. Le nom du barrage, Usoi, prend le nom du village détruit par le glissement de terrain.
Le barrage Usoi a créé le lake Sarez derrière lui, un lac qui s'étend sur plus de 60km sur la rivière Bartang, avec une profondeur allant jusqu'à 500 mètres. L'eau, au lieu de passer par-dessus le barrage pour se vider dans la rivière en aval, fraie son chemin sous le barrage. Ainsi, le barrage ne s'érode pas sous l'action direct de la rivière, mais il est tout de même dans une position précaire.
Le barrage Usoi est situé à l'extrémité est (droite) de la zone en bleue, au sud de la ville de Kudara.
Source : USGS
Tout comme les Himlayas situées plus à l'est, les Pamir se sont formées lors de la collision de la plaque de l'Inde contre la plaque de l'Eurasie. Puisqu'il s'agit d'une collision toujours active, le séismes y sont fréquents et importants.
Un des problèmes est l'instabilité des parois de la vallée en amont du barrage, c'est à dire qu'un petit tremblement de terre pourrait déclencher un glissement de terrain directement dans le lac Sarez, provoquant des vagues supérieures à la hauteur du barrage. Cette situation pourrait être dramatique pour les habitants de la vallée en aval du barrage, causant de la destruction de plusieurs villages et de nombreuses pertes de vie associée à une vague. 
De plus, si la force de la vague causée par un glissement de terrain hypothétique est suffisamment importante, le barrage lui-même, présentement stable et sans être en danger d'effondrement, pourrait s'écrouler et le lac se viderait catastrophiquement dans la vallée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire